La vipère péliade

Identification

Jean Delacre

La vipère péliade est un petit serpent de 45 à 70cm de long, dont le corps épais se rétrécit brusquement à hauteur de la queue.
La coloration et le dessin de la robe sont variables d’un individu à l’autre, mais certaines caractéristiques permettent toutefois de l’identifier :
- Une bande vertébrale longitudinale foncée et continue forme un zigzag le long du corps de l’animal.
- Un dessin foncé, en forme de X, Y ou V, orne la tête.
- La pupille est verticale et l’iris orangé.

Le cycle d'une année

La vipère péliade sort d’hivernation dans le courant du mois de mars, lorsque les températures s’adoucissent.
A partir de la mi-avril, les mâles effectuent des combats rituels semblables à des danses afin d’écarter leurs adversaires et de trouver une partenaire avec qui s’accoupler. Entre la mi-août et la mi-septembre la femelle met bas entre 2 et 22 jeunes.
La vipère péliade est ovovivipare, c'est-à-dire qu’elle met au monde des petits déjà formés et capables de survivre. Dès le mois d’octobre, la vipère rejoint son site d’hivernation, généralement constitué par une cavité dans le sol à l’abri du gel ou des inondations.

Comportement

Très fidèle à son territoire, la vipère péliade s’observe régulièrement d’une année à l’autre au même endroit.
On la rencontre le plus souvent lorsqu’elle se chauffe au soleil lors de journées fraîches, mais les températures trop élevées ne sont pas favorables à son observation.
La vipère péliade est un serpent venimeux possédant des crochets à venin, mais elle est craintive et peu agressive, préférant toujours s’enfuir lorsqu’elle est dérangée. Aucun décès lié à une morsure de vipère n’a été observé en Wallonie depuis le début du 20ème siècle.   

Le régime alimentaire

Les adultes consomment surtout des micromammifères (campagnols, mulots,…) mais également des grenouilles et des oisillons.Les jeunes se nourrissent surtout de petits lézards.

L'habitat

La vipère péliade affectionne des environnements divers à végétation herbacée dense, parsemés de petites zones dégagées. On la rencontre surtout proche de zones humides ensoleillées. Les lisières sont souvent des lieux intéressant pour l’espèce.

Situation actuelle de l'espèce

Parmi tous nos serpents, la Vipère péliade est celui dont la situation est la plus critique. Elle a subi une diminution importante et récente de ses populations et est considérée comme « en danger » dans notre région. La plupart des populations sont de taille très réduite.

 

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour préserver la biodiversité des habitats naturels en Wallonie et à Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !

Avec le soutien de

Grenouilles sur les routes