Le Triton crêté

Identification

Photo : Stéphane Vitzthum

Le Triton crêté est le plus grand des tritons de nos régions. Il est plus rare et localisé que les 3 autres espèces. Les mâles mesurent 10 à 15 cm de long, et les femelles 11 à 18 cm. Sa peau présente de nombreuses petites verrues. En période de reproduction, le mâle prend une couleur brune parsemée de taches noires sur ses flancs et son dos, et une haute crête dentelée et interrompue au niveau du bassin se dresse dorsalement. De petites taches blanches et noires sont également visibles sur la gorge, les flancs, la tête et parfois les pattes. Son ventre est jaune-orangé avec de grosses taches noires. Sa queue présente une bande latérale nacrée ou argentée. La femelle est plus terne, le dessous de sa queue est orangé, son cloaque est fin et strié (globuleux chez le mâle), et elle ne possède pas de crête dorsale. Les larves (6-9 cm de long) sont plus grandes que celles des autres espèces de tritons. Elles possèdent également une crête, de pattes grêles, et leur queue se termine en pointe prolongée par un filament. Les œufs sont ovales, verdâtres, et plus grands (2 mm à la ponte) que ceux des autres espèces de tritons.

Biologie

Le Triton crêté retourne généralement à l’eau vers mars-avril, parfois février, pour s’y reproduire. Ses activités à terre sont favorisées par une forte humidité, et les migrations ont lieu par temps pluvieux ou après des précipitations. Les Tritons crêtés parcourent des dizaines ou des centaines de mettre pour rejoindre leur site de reproduction, et peuvent parfois changer de mare au cours de cette période. Une fois à l’eau, le triton commence d’abord par s’alimenter. La crête des mâles se développent ensuite, et les parades nuptiales s’amorcent. Les mâles séduisent ainsi les femelles au sein d’un territoire qu’ils défendent. Une fois fécondés, les œufs sont déposés individuellement dans la végétation aquatique. La ponte s’effectue ainsi sur 2 à 3 mois, la femelle déposant au total entre 200 et 400 œufs. Ils se développeront en 15 à 20 jours (eau à 15-17°C), parfois plus si l’eau est trop fraîche. A l’éclosion, les larves mesurent 1 cm et ne se métamorphoseront que 3 mois plus tard (en août-septembre) pour les plus grandes d’entre-elles. Les juvéniles mesurent environ 6 à 8 cm à la métamorphose. Les adultes restent généralement à l’eau plus longtemps que les autres espèces de tritons, jusqu’en juillet-août ou même tout l’été pour certains, et on peut facilement les observer à fleur d’eau en journée durant cette période. Il arrive cependant qu’une partie des jeunes ou des larves issues de pontes tardives passent tout l’hiver dans l’eau et n’en sortent qu’au printemps suivant. Après la reproduction, les adultes reviennent à un mode de vie terrestre et nocturne, se cachant le jour dans des abris et restant à proximité du lieu de ponte. Selon la température, les tritons commencent à hiverner à partir de septembre-octobre dans un abri terrestre où il ne gèle pas (dans la terre meuble, sous des matériaux en décomposition ou dans des terriers de petits mammifères). Parfois, certains individus hivernent dans le fond des pièces d’eau en conservant une activité ralentie. La maturité est atteinte à l’âge de 2 ans pour les mâles, 2-3 ans pour les femelles, et leur longévité est estimée à 17 ans en milieu naturel.

Comportement

Les adultes sont généralement plus aquatiques que les autres tritons, et poursuivent une vie terrestre nocturne après la période de reproduction. Les juvéniles sont plutôt terrestres, bien qu’il leur arrive de passer du temps dans l’eau. Une certaine territorialité est observée chez les mâles à la période des amours.

Régime alimentaire

Les adultes consomment des larves d’insectes, d’annélides, de mollusques, de têtards d’anoures, mais aussi des larves ou œufs d’autres tritons, des copépodes, etc. Les larves mangent surtout de petites proies comme des cladocères, des copépodes ou des larves d’insectes ou d’autres urodèles.

Photo : Thierry Kinet

Habitat

Typiques des campagnes et paysages ouverts, on rencontre le Triton crêté dans les prairies, haies, lisières, friches ou bosquets, ou encore dans des sites récents comme des carrières sous eau. Pour se reproduire, il se rend en général dans des mares, étangs, ou fossés profonds, permanents, bien ensoleillés et riches en plantes aquatiques. Il est toutefois exigent et cohabite la plupart du temps avec au moins l’une des 3 autres espèces de tritons ainsi que d’autres espèces de batraciens.

La répartition du triton crêté en Wallonie

 

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour préserver la biodiversité des habitats naturels en Wallonie et à Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !

Avec le soutien de

Grenouilles sur les routes