Le Triton alpestre

Identification

Le ventre du Triton alpestre est uniformément orange clair à rouge vif. La gorge comprend parfois de petites taches noires. Le mâle est plus petit que la femelle : mesurant 7 à 10 cm, il possède en période de reproduction une basse crête dorsale jaunâtre et tachetée de noir, une ligne bleu vif et de nombreux points noirs en bas des flancs, et son dos est bleuté. La femelle mesure de 8 à 12 cm, et ne présente pas de crête ni de coloration bleutée sur son dos. En dehors de la saison des amours, le Triton alpestre est généralement brunâtre, noirâtre, verdâtre ou grisâtre et prend un aspect marbré, peu importe le sexe. La queue de la larve du Triton alpestre se termine brusquement, et non en pointe comme c’est le cas chez la larve des Tritons palmé et ponctué. Sa couleur varie du blanc au beige clair selon les régions. Les œufs sont petits (pas plus de 1,5 cm de diamètre), transparents et pondus individuellement sur des feuilles de plantes aquatiques immergées.

Photo: S.Vitzthum

Biologie

Le Triton alpestre retourne chaque année à l’eau pour se reproduire. Les migrations débutent généralement vers la mi-février lors de nuits humides et pluvieuses, lorsque le climat s’adoucit. Souvent, les tritons retournent se reproduire à l’endroit où ils sont nés. Les migrations se font en général sur quelques centaines de mètres. Une fois à l’eau, les mâles effectuent une danse nuptiale devant la femelle, puis finit par déposer sur le substrat un spermatophore (genre de petit sac enfermant des spermatozoïdes) qui sera pris par le cloaque de la femelle. La femelle pond ensuite un à un des centaines d’œufs qu’elle emballe dans des feuilles de plantes aquatiques, les mettant ainsi à l’abri des prédateurs, ou à même le sol. Les œufs éclosent deux semaines plus tard, et les larves mènent ensuite une vie aquatique avant de se métamorphoser quelques mois plus tard en juvéniles terrestres. Il arrive cependant que les larves issues de pontes tardives ne se métamorphosent pas et passent l’hiver dans l’eau. Les adultes restent à l’eau plusieurs mois, et quittent le milieu aquatique entre fin avril et début juillet, avant d’entamer une nouvelle migration postnuptiale. Le reste du temps, ils vivent à terre non loin du site de reproduction. Le Triton alpestre atteint sa maturité sexuelle à l’âge d’1 an, voire 4 ans, et vit en moyenne 7 à 10 ans.

Comportement

En période de reproduction, le mâle effectue une parade particulière, consistant à faire vibrer rapidement l’ensemble de sa queue repliée sur un de ses flancs. Il peut aussi se dresser sur ses pattes ou voûter son dos, ou encore projeter sa queue vers la femelle. Essentiellement terrestre, le Triton alpestre retourne toutefois à l’eau pour se reproduire.

Régime alimentaire

En phase aquatique, le Triton alpestre se nourrit de petits crustacés (ostracodes, copépodes, daphnies, etc.), de larves d’insectes (éphémères, dytiques), d’œufs de tritons et de grenouilles, d’invertébrés terrestres tombés dans l’eau, etc. Les larves mangent du zooplancton.

Habitat

On le retrouve dans la plupart des points d’eau stagnante : mares, étangs, ornières forestières, mais aussi dans les abreuvoirs, les douves, les bassins de jardin ou d’orage, les fossés inondés, etc. Il évite par contre les cours d’eau. L’habitat terrestre varie des forêts de feuillus et de conifères aux bocages et prairies. On le retrouve souvent sous des pierres et des bois humides, ou encore dans des grottes durant la période d’hibernation. Il est absent des zones de culture intensive.

La répartition du triton alpestre en Wallonie

 

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour préserver la biodiversité des habitats naturels en Wallonie et à Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !

Avec le soutien de

Grenouilles sur les routes