Aller au contenu principal

Lézard vivipare

Zootoca vivipara

Identification

Mesurant en moyenne 11 à 14 cm, le lézard vivipare est le plus petit lézard de Wallonie. Son corps est trapu et peu aplati. Ses pattes sont courtes, sa tête est petite tête, son cou est large et sa queue est modérément élancée.
Le plus souvent, il présente une coloration brunâtre, roussâtre ou grisâtre. Des marques claires et brunes foncées aux dessins variables complètent sa robe.
Les femelles arborent également souvent une ligne vertébrale foncée.Les juvéniles sont quant à eux facilement distinguables des adultes grâce à leur coloration sombre allant du brun foncé au noir avec de petites taches claires peu apparentes.

Biologie

Le lézard vivipare sort d’hivernation dans le courant du mois de mars.
Les accouplements ont lieu en avril/mai et aboutissent à la naissance de 3 à 11 jeunes vers la mi-juillet – début août. Il est ovovivipare, c'est-à-dire qu’il donne naissance à des jeunes déjà formés et prêts à survivre.
Les juvéniles sortent emballés dans une coque membraneuse qu’ils brisent quelques minutes ou quelques heures plus tard.
Vers la mi-octobre/novembre, il regagne un abri pour y passer l’hiver.

La maturité sexuelle est atteinte à 3 ans. Sa longévité moyenne est de 4 à 5 ans.

Comportement

Il aime prendre des bains de soleil dans l’herbe sèche ou sur un promontoire (souche, piquets, pierres, …). C’est un excellent nageur qui n’hésite pas à fuir sous l’eau. Il est sociable avec ses congénères, on peut donc retrouver plusieurs individus sur un même territoire.

Régime alimentaire

Il se nourrit de divers insectes et d’araignées ainsi que de mollusques et de cloportes.

Habitat

L'espèce fréquente une grande variété de milieux plus ou moins frais ou humides : landes, prairies humides, friches diverses, bords de chemins, piquets de clôtures... Ce lézard est fréquent dans les espaces ouverts en forêt (clairières, layons...), dans les zones de transition (lisières, affleurements rocheux, …) et les milieux artificiels (carrières, abords de voie ferrée, …).

Situation actuelle de l'espèce

Bien que l'aire de répartition soit globalement stable en Wallonie, les populations de Zootoca vivipara ont régressé au cours des 150 dernières années, principalement suite au boisement des landes et friches, à l'intensification des pratiques agricoles et à l'urbanisation.
Le lézard vivipare est considéré comme vulnérable au Nord du sillon Sambre et Meuse et au Pays de Herve.

Stratégie de conservation

L'espèce est non menacée actuellement en Wallonie. Une attention particulière doit cependant être portée afin d'éviter la disparition de certaines petites populations isolées en Moyenne Belgique et au Pays de Herve ainsi que dans les secteurs du sud-ouest de la Wallonie abritant la Vipère péliade, dont les jeunes se nourrissent de lézards. Une augmentation du volume de bois mort au sol, en situation ensoleillée, constitue la mesure la plus simple pour favoriser les populations de ce lézard.

Les espèces de reptiles

Lézards     Serpents

 

Partager sur :Email

Soutenez Natagora

Vous aimez la nature ? Aidez-la !

Participez avec Natagora à la préservation de l’environnement en Wallonie et à Bruxelles. Apportez votre voix à la nature en devenant membre de Natagora et soutenez activement nos actions en rejoignant notre groupe de travail.
 

JE DEVIENS MEMBREJE VOUS REJOINS

Faire un don

Vos dons rendent possibles toutes les actions de notre groupe de travail en faveur des amphibiens et reptiles. Déductibilité fiscale à partir de 40 € de dons par an.

JE FAIS UN DON