Aller au contenu principal

Migrations au fil des saisons

Le cycle de vie d’un amphibien est réglé par l’alternance des saisons, qui jouent sur des paramètres comme la durée du jour (photopériode), la température ou encore l’humidité.

Découvrez pourquoi nos amphibiens se déplacent (ou ne se déplacent pas) au fil des saisons :

En hiver

 

En hiver, surtout si les températures sont négatives, la plupart des amphibiens sont au repos (hivernage). Des galeries de rongeurs, des tas de bois ou encore des caves humides sont autant d’abris contre le gel. Les animaux ne se déplacent donc pas ou très peu. Malgré tout, avec nos hivers de moins en moins rigoureux, il n’est pas rare de croiser une grenouille « réveillée » en plein mois de janvier !

Au printemps

 

En février, lorsque le printemps s’amorce doucement, les premiers amphibiens s’activent. Il faut plusieurs nuits douces (7-8 °C) et humides avant que la migration prénuptiale ne démarre vraiment. Cette migration, qui s’étend généralement de fin février à début avril, est la première et la plus importante de la saison. Elle signe le début de la période de reproduction. Les amphibiens rejoignent alors en masse leurs sites de ponte (mares et étangs) et sont susceptibles de traverser nos routes. Souvent confondus avec des feuilles mortes ou des débris par les automobilistes, ils sont tués par milliers chaque année. Lorsque les amphibiens arrivent sur le site de reproduction, ils y déposent leurs œufs en amas, en chapelet ou encore un par un. Une fois la ponte terminée, une bonne partie d’entre eux font le chemin inverse et retraversent les routes. Ce sont les migrations postnuptiales. Etalées sur tout le printemps et l’été, elles sont plus difficiles à prévoir, mais elles sont malheureusement tout aussi meurtrières.

En été

 

L’été est bien installé et les mares grouillent de vie. Têtards et larves sont à présent devenus grenouillettes, crapelets et jeunes tritons. La soirée est douce et il pleut, il est temps pour eux de partir à l’aventure et de conquérir le milieu terrestre. C’est la dispersion des juvéniles. A cette occasion, évitez de tondre votre pelouse et pensez à aménager des abris dans vos jardins. Les jeunes animaux en seront ravis !

En automne

 

A l’automne, les journées raccourcissent et les températures diminuent. Septembre est une bonne période pour observer les derniers déplacements de l’année, ce sont les migrations automnales. Les soirées douces et humides verront à nouveau débarquer sur les routes certains individus en quête d’un abri pour l’hiver. Nettement moins massives que les migrations de printemps, elles sont tout de même essentielles à la survie de nos amphibiens. Après un repos bien mérité, les animaux reprendront l’aventure au printemps suivant. Soyons donc vigilant sur la route, et toujours prêt à aider les petits migrateurs lors de leur périlleuses traversées !

Attention : traversée d'amphibiens !

 

En construisant des routes et en étendant son milieu de vie, l’homme a progressivement fragmenté le milieu naturel. Il est à présent très rare qu’un amphibien ne soit pas confronté à la traversée d’une route. D'autant que ces déplacements (migrations, dispersions, quête de nourriture) ont lieu presque à tout moment de l'année (hors saison froide).

Les migrations prénuptiales restent néanmoins les plus massives, concentrées sur une courte période (de fin février à début avril), mais aussi les plus prédictibles ! Découvrez comment agir pour aider nos espèces en suivant ces liens :

Partager sur :Email

Soutenez Natagora

Vous aimez la nature ? Aidez-la !

Participez avec Natagora à la préservation de l’environnement en Wallonie et à Bruxelles. Apportez votre voix à la nature en devenant membre de Natagora et soutenez activement nos actions en rejoignant notre groupe de travail.
 

JE DEVIENS MEMBREJE VOUS REJOINS

Faire un don

Vos dons rendent possibles toutes les actions de notre groupe de travail en faveur des amphibiens et reptiles. Déductibilité fiscale à partir de 40 € de dons par an.

JE FAIS UN DON